18.9 C
Montréal
mardi, mai 21, 2024
Accueil Dans la sphère politique Énigme en politique québécoise : des élus soutiennent une entreprise insondable, scandale...

Énigme en politique québécoise : des élus soutiennent une entreprise insondable, scandale ou méprise ?

Le tumulte politique québécois est troublé par une affaire singulière, où des élus et responsables soutiennent une entreprise insaisissable, dépourvue de siège, de locaux, d’employés, de services, de produits, de supports et dénuée de toute éthique. Sous le joug des membres de la communauté marocaine établie au Québec, l’entreprise et son dirigeant font désormais face à des procédures judiciaires pour diffamation, dont le montant total s’élève à plus de 500 000$. Une condamnation pour diffamation survenue il y a quelques années ajoute du poids à l’atmosphère oppressante qui entoure cette affaire énigmatique.

La communauté marocaine au Canada compte 141 680 âmes, dont 117 770 résidents dans la province de Québec, 103 190 évoluent dans la région métropolitaine de Montréal, et 57 195 habitent l’île de Montréal. Lors du mois sacré du Ramadan, pas moins de 120 événements sont orchestrés par la communauté marocaine, souvent en collaboration avec les communautés maghrébines disséminées à travers le Québec, rassemblant en moyenne 400 personnes par événement. Or, cette entreprise énigmatique s’appuie sur la communauté marocaine établie au Québec et exploite leur nom pour organiser des événements sans leur consentement.

Parmi les personnalités ébranlées par cette affaire, citons Monsef Derraji, Emmanuel Dubourg, Christine Black, Abdelhaq Sari, Sameer Zuberi, Dominique Anglade, Manon Massé, Marwah Rizqy, Gregory Kelley, Saul Polo, Guy Ouellette, Frantz Benjamin, Aref Salem, Chantal Rossi, Jean-Marc Poirier, Philippe Thermidor, Younes Boukala, Arij El Korbi, Josue Corvil, Ray Khalil, Sandra Desmeules et Denis Coderre. Ces élus ont soutenu l’entreprise, facilitant l’organisation de ses événements et mobilisant d’autres députés de leurs partis respectifs.

Les raisons qui ont conduit ces élus à appuyer une entreprise si obscure demeurent insondables. Les interrogations fusent au sein de la communauté marocaine et maghrébine, interpellant ces personnalités sur leur choix et les conséquences potentielles pour leur carrière et leur réputation. Les questionnements seront soulevés au parlement et lors des séances des conseils municipaux.

Les responsables politiques impliqués devront faire preuve de prudence et de discernement pour répondre aux questions légitimes de leurs électeurs. Ce scandale soulève des doutes quant à la vigilance et la responsabilité des élus dans le choix de leurs partenaires et dans leur engagement auprès d’entreprises douteuses. Il est impératif que les responsables politiques évaluent scrupuleusement les antécédents et les risques potentiels liés à leurs associations pour préserver l’intégrité et la réputation de la politique québécoise.

En attendant que la lumière soit faite sur ce mystère, les élus et les responsables politiques concernés devront redoubler de vigilance et se montrer à la hauteur des attentes de leurs électeurs, en apportant des réponses claires et en assumant les conséquences de leurs actes.

Au cœur de cette tourmente, la politique québécoise se trouve confrontée à un abîme, où les élus et les responsables publics doivent à présent faire preuve de courage et de détermination pour dénouer les fils d’une entreprise insondable, entre scandale et égarement. Les citoyens et les médias, en quête d’explications, scrutent avec attention les réponses et les actions de ceux qui ont été élus pour les représenter, espérant que la vérité émergera et que la confiance sera rétablie dans cette démocratie chahutée.

Dr. El Amine SERHANIhttp://www.origines-hebdo.ca
El Amine SERHANI, est journaliste, membre de l’Association Canadienne des Journalistes depuis le 16 novembre 2020 sous le numéro de membre : 57044868. Au-delà de sa formation universitaire, il a suivi une formation dans le journalisme au centre CNFDI - Groupe JPL, Etablissement privé déclaré auprès du Ministère de l'Education nationale en France et membre de la Fédération Européenne Des Ecoles (FEDE) et ce depuis le 19 octobre 2020 ainsi qu’à HEC en marketing digital. L'expérience du journaliste et grand reporter de El Amine, a commencé dans le cadre du journal des étudiants à l’âge de 19 ans à l’Université Mohamed V, l’Université Hassan II et l’école française des affaires au Maroc ainsi que dans l’hebdomadaire « le Canard Libéré » entre 2008 et 2010. Il a continué depuis 2010 en rédigeant des centaines de rapports et papiers établis dans plus de 134 pays, parmi lesquels la rédaction et l’édition de 14 livres sur les thèmes suivants : Rituels et traditions marocaines, promotion territoriale, économie numérique, etc. Dr.SERHANI, finalise une grande étude sur la communauté marocaine établie au Québec, sur la base d’entretiens de plus d’une heure, menés avec plus de 1600 personnes de cette communauté. Depuis fin décembre 2018, Dr. SERHANI, a créé un média communautaire dédié à la diaspora marocaine établi au Canada en trois langues et sur plusieurs supports (Papier, web, mobile et les réseaux sociaux), appelé « Origines ». El Amine SERHANI, avait assuré pendant plusieurs années des missions comme consultant international auprès du Centre International du Commerce (une agence de l’ONU et l’OMC) et auprès des agences et programmes de l’union européenne. Depuis 2008, il est Président élu de la Fédération Nationale de l'Économie numérique Marocaine, et il aura collaboré avec une centaine d’instances diplomatiques marocaines dans plus de 87 pays dans les quatre coins du monde.
- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

error: Content is protected !!